1 sortie proposée
Prochaine sortie:
dimanche 23 septembre
à Burgaud
266 Pilotes
1102 Terrains
14149 Vols
14757 Photos
5 derniers logs
22/09 - Chris - Inscrit à la sortie de Burgaud
22/09 - Marco31 - Inscrit à la sortie de Burgaud
22/09 - petarbombar - Sortie le 23/09/18 06:45 ajoutée.
22/09 - patrice - Vol du 22/09/18 09:07
22/09 - emeric - Vol du 22/09/18 09:05
5 derniers logs
22/09 - Chris - Inscrit à la sortie de Burgaud
22/09 - Marco31 - Inscrit à la sortie de Burgaud
22/09 - petarbombar - Sortie le 23/09/18 06:45 ajoutée.
22/09 - patrice - Vol du 22/09/18 09:07
22/09 - emeric - Vol du 22/09/18 09:05
par mig31, déco de Beaumont de Lomagne
le jeudi 20 septembre 2018 18:42
Ce site est à l'usage des paramotoristes qui peuvent y saisir leur Carnet de vol, consulter et ajouter des terrains utilisables, mettre leurs photos en ligne, et bien d\'autres choses encore...
Certaines fonctions sont à accès restreint mais il suffit de s'incrire en ligne pour créer votre login/password.

Il est aussi en accès libre aux visiteurs qui veulent y consulter les photos, les terrains, les liens.

Bon surf !

Laurent Assié, champion de France d'ULM


Du 30 juin au 7 juillet, l'aérodrome de Blois-le-Breuil, dans le Loir-et-Cher, accueillait les championnats de France organisés par la Fédération Française d'ULM. Engagé dans la catégorie «paramoteur chariot monoplace PL1», Laurent Assié, médaillé d'argent en 2017, a décroché le titre de champion de France. Nous l'avons rencontré pour en savoir plus sur ce sport très peu médiatisé mais dans lequel la France fait partie des meilleures nations au niveau mondial.

En quoi consiste une compétition d'ULM ?

Dans ma catégorie, le championnat de France comportait douze épreuves, alliant navigation, maniabilité, précision d'atterrissage et vol économique. Chaque résultat est ensuite converti en points selon un critère bien précis.

Comment s'est déroulé ce championnat ?

Cela a été très serré jusqu'à la dernière journée, et même jusqu'à la dernière épreuve. Après les neuf premières manches, je comptais huit points de retard sur Frédéric Mallard, champion du monde 2014 et pilote très expérimenté. Au final, cela s'est joué de très peu puisque je ne l'ai devancé que de trois petits points.

Vous ajoutez ainsi une nouvelle ligne à un palmarès déjà bien fourni ?

Oui, c'est vrai. J'ai le plaisir de faire partie, depuis cinq ans, de l'équipe de France. Et les résultats sont bons puisque nous avons été champions du monde en 2016 à Popham en Angleterre et champions d'Europe en 2017 à Prerov en République Tchèque. Au mois de mai, en Thaïlande, nous avons pris la deuxième place du champion du monde, derrière la Pologne.

Quel est votre prochain objectif ?

Je vais maintenant me préparer pour participer au mois d'août, en Espagne, aux épreuves qualificatives pour les championnats du monde de slalom qui se dérouleront du 27 octobre au 7 novembre au lac de Byoum, en Egypte.

On va donc vous voir souvent voler dans le ciel buzétois ?

Oui, puisque c'est un de mes terrains d'entraînement préféré. Et j'adore survoler le village et la vallée du Tarn qui sont vraiment magnifiques, vu du ciel.

La Dépêche du Midi / 18 juillet 2018