Blog des News

le lundi 31 janvier 2011

Happy Headset, une bonne adresse

Je suis client depuis longtemps de "Happy Headset" et je tenais à vous signaler que les casques radio d'Alain sont d'excellente facture. Il est devenu une référence dans le petit monde du paramoteur car il pratique des prix imbattables pour une qualité Pro!

En plus il peut personnaliser votre casque avec un bouton de volume, l'interrupteur à gauche ou à droite (ou les 2!) et aucune connectique ne lui fait peur.

Il prodigue des renseignements avisés sur le choix des radios, notamment pour ceux qui veulent aussi écouter les fréquences Aéro.

Enfin, et c'est un autre de ses points forts, le service après-vente est top, pas cher et très rapide.

Donc n'hésitez pas à faire appel à Alain: http://www.happyheadsets.fr/

Patrice

le samedi 1 janvier 2010

2010, l'année des Saucisses !

L'année 2010 a été pour les Saucisses de Toulouse un grand millésime de paramoteur.
Voir l'excellente vidéo d'Emeric ici
Plusieurs points forts ont marqué l'année, tellement que j'ai peur d'en oublier.

2010, c'est dès Janvier, de nombreux vols qui se font au dessus des paysages enneigés du Sud Ouest.
En Mars, c'est le Mondial du Gers qui nous rassemble à Simorre.

Puis à Pâques, c'est l'escapade sur l'Ile de Beauté dont de nombreuses Saucisses sont revenues grillées et enchantées par les charcuteries locales.

2010, c'est la naissance, au sein des Saucisses, de la Section des NavETs (NAVigateurs de l'Est Toulousain) et de celle des NiGOTs (Navigateurs Indépendants du Gers et de l'Ouest Toulousain), avec le repérage de nouvelles plateformes pour varier les plaisirs, et répartir les nuisances.

Notre Gourou Stéphane multiplie alors les stages et devient fabricant de Saucisses en gros! Certains se mettent au chariot, alors que d'autres ne font que quelques tentatives sans lendemain. Et le Gourou nous fait découvrir le paramoteur "tout-terrain" avec un "Vole et Mange" d'anthologie et nous fait progresser avec des "décos de pros".

Les Saucisses sont présentes dans toutes les grandes manifestations: Basse Ham, Coupe Icare, Parabatix (Coco est dans l'éditorial de Paramoteur+) et les Saucisses remportent haut la main la Coupe ULM du Tarn à St Affrique les Montagnes.

2010, c'est aussi de grands vols, initiés par nos cousins du Tarn avec leur audacieux raid "L'isle sur Tarn-Capbreton" et quelques échecs glorieux du "Toulouse-Méditerranée".

Pour moi, 2010 reste l'année où j'aurais le plus volé depuis mon premier vol en 1981.
Il faut dire que la météo fut clémente et le matériel fiable, mais aussi et surtout que ma femme m'a beaucoup soutenu et encouragé durant ma paramothérapie ;o)

Que 2011 continue à nous apporter cette joie de vivre!
Bonne année et bons vols à tous.

le lundi 27 décembre 2010

Le froid nous va si bien

Bien sur, il faut chercher des astuces pour lutter contre le froid.
Certes, il faut s'habiller comme un cosmonaute.
Même si, malgré tout ces précautions, l'onglée peut surgir, le pilote qui décolle par des températures négatives est souvent récompensé.

Tout d'abord, et on le constate vite, la voile gonfle plus facilement au décollage et elle porte bien mieux qu'en plein été. Le régime moteur pour tenir le palier est plus bas et donc le moteur plus silencieux.
Les thermiques sont quasiment absents.

Pour peu que le soleil brille, nous bénéficions de couleurs vives et d'un contraste exceptionnel qui a tendance à "cramer" nos photos.
Si le sol est recouvert de neige, c'est un spectacle inhabituel qui s'offre au pilote.
En hiver, le sentiment d'être un privilégié est encore plus fort que d'habitude.

Vive le vent, vive le vent d'hiver !


PS:Photos de Tremoulet


le vendredi 12 novembre 2010

Toulouse-Méditerrannée: 2e tentative

Falgayrac - 11² - 8h
Les décos ne sont pas faciles: la biroute est en berne, les réservoirs sont pleins et la rosée a trempé les voiles.
Les 4 premiers, Georges, Rodolphe, Alain et JP décollent gaillardement et prennent le large.
Après quelques essais de voiles (euphémisme), je prends la Velvet car JJ veut absolument essayer la Réaction, qu'il maitrise avec aisance.
Je vole donc avec JJ et Clément, pour former la 2e patrouille.
Pendant ce temps, les 3 derniers (Coco, Fix et Emeric) refusent de se joindre à nous, prétextant que l'hiver sera rude (car homme blanc couper du bois) ou qu'ils ont un macramé à finir.

La nav se passe très bien, comme prévue, avec un vent arrière laminaire qui nous propulse entre 60 et 80 Km/h. La visi est excellente et permet de profiter de la beauté du versant Sud de la Montagne noire d'un côté et du spectacle de la chaine des Pyrénées de l'autre. Je perds de vue Clément qui se camoufle dans le paysage car, depuis ses séances d'agility à Montauban, il exprime sa hauteur de vol en ... centimètres! De mon côté, je prends de l'altitude pour me maintenir en dehors de la CTR. La trace GPS montre que j'ai "mordu" à 2 reprises d'une centaine de mètres à l'intérieur de la zone, Il faut dire que nous avançons fortement crabés, et toujours avec une bonne vitesse sol.

A ce train là, Villeneuve Minervois est atteint en une heure. Mais dès que j'essaie de descendre sur le terrain de Ball Trap que nous a dégoté Alain, je me fais brasser comme rarement. Je reconnais la voiture d'Alain et un groupe d'irréductibles villageois venus nous accueillir, mais il est raisonnable de quitter cet endroit au plus vite, comme le fit en son temps le grand Jules (Vedrines). Nous traversons donc le village et trouvons un petit champ dans la vallée, au milieu des vignes et en bordure de la départementale. Clément, pas encore bien remis de son stage, se pose en marche arrière.

Alain nous a rejoint et offert un café bien mérité. Il est (pour)suivi par des minervoises et la moitié du Conseil Municipal. Tous sont ravis de notre passage et nous posent des questions bien à-propos:

* fait-il froid ?
* aimez vous les saucisses aux navets ? et les gladiateurs ?
* où sont passés les Daltons ?

Nous nous excusons presque de ne pas avoir posé au Ball Trap, les privant d'un spectacle de saltimbanques ailés.

Les Daltons se sont posés à 3 km de Villeneuve, vers Trausse, où nous les retrouvons joyeux, malgré quelques émotions fortes à l'atterro. JP s'en est encore pris violemment à un arbre qui avait le tort d'être planté bêtement, tout seul, au milieu du champ. D'ailleurs un traussien de passage, pris de sympathie pour JP, n'a pas hésité à tronçonner le coupable. Ce fut à Trausse! (mauvais jeu de mots)

Ce raid se termine à la manière d'une aventure bien gauloise, dans un petit village fortifié, autour d'une table aussi improbable que conviviale, avec falbalas, druides, bardes, forgerons, poissonniers (ben non, ils sont pas venus!), Idéfix et les Daltons (!?).

Merci aux assistances pour leur dévouement.
On a pas vu la mer, mais on s'est bien marré!
La quête du Graal des Saucisses peut continuer.

le dimanche 3 octobre 2010

Paravroum évolue

Je vois fleurir des liens vers des vidéos et des albums photos dans les commentaires des pilotes. C'est une excellente idée de pointer vers d'autres sites hébergeurs de photos et de vidéos.

J'ai donc ajouté 2 champs à chacun des vols pour pouvoir pointer vers ces liens externes. Les liens apparaissent dans les carnets de vol sous forme de petite icône cliquable.

Bonne navigation à tous, que ce soit en l'air ou devant votre PC.

le lundi 9 août 2010

37e Coupe Icare, un évènement à ne pas rater !

LA 37ème COUPE ICARE vous donne rendez-vous du 16 au 19 Septembre 2010, sur le site de St Hilaire du Touvet - Lumbin.
Au programme de cette grande rencontre du monde du vol libre du rêve et de l'émotion, de l'audace et de la créativité, de la fantaisie et du frisson, du rire et des couleurs ... et toujours le plaisir de voler !


le lundi 2 août 2010

Certains ont vu la mer...

Un proverbe d'un de mes ancêtres chinois (si si je vous assure) dit "celui qui coure après l'horizon ne trouvera jamais le repos mais il se trouvera lui même".

Finalement cette quête inassouvie ne vaut-elle pas autant pour cette préparation fébrile des cartes et des machines la veille, pour cette nuit agitée, pour ce réveil matutinal, pour ce rassemblement improbable dans un champ pris entre la nuit et la rosée, pour cet envol vers l'horizon embrumé, pour ce plancher des vaches finalement toujours bienvenu et pour cette passion partagée par des Mermoz aux ailes de chiffons ?

Alors, oui, nous irons jusqu'à la mer, qu'importe celle là ou une autre, car seul le chemin compte.

Amis de la poésie, bonsoir.

Emeric.

le lundi 19 juillet 2010

Le Raid en direct

C'est comme si vous y étiez, grâce à Claude, alias tremoulet, qui prend la peine de nous relater les épisodes tous les jours de ce premier grand raid du Sud Ouest.

Suivez les épisodes de leurs aventures en cliquant ici.

Ce premier raid est terminé. Pour Claude, cela représente 15 décollages, 588 Km parcourus, et 15H30 de vol.
Il fallait le faire. Bravo aux participants.

le dimanche 27 juin 2010

Raid dans le Sud Ouest

Je vous fais part d'un projet de RAID en paramoteur, en 7 étapes, imaginé et préparé par Guy Estadieu, d'Albi et Claude Maurel de Barrat et un peu par moi, pour la partie Gersoise.

Point de départ : l'isle sur tarn
Point d'arrivée : capbreton
Période : du 17 juillet au 25 Juillet 2010.

Le matin, vol pour rejoindre l'étape suivante, le soir, vol local, selon la météo, évidemment.
Les étapes se feront sur des bases ULM.
Chacun doit prévoir l'assistance rampante ...

Actuellement, nous serions 5 pilotes, nous pensons que 8 à 10 pilotes pourraient participer à ce RAID.

Vous pouvez poser vos questions et faire connaître vos intentions, à Guy Estadieu, adresse mail : g.estadieu@wanadoo.fr ou à moi : monfort.claude@wanadoo.fr

Claude, alias tremoulet
Téléchargez la navigation détaillée ici

le mardi 1 juin 2010

Le Plus Grand Evènement Paramoteur du Monde !

25-26-27 Juin 2010
Basse-Ham (57)

700 Pilotes venant de plus de 30 pays, 70 exposants professionnels, 20 000 visiteurs, 3 000 vols,
plusieurs records du Monde ...

Que vous soyez pilote, ou futur pilote, instructeur, fabriquant ou simplement passioné de sports aériens ...

Participez au Mondial Paramoteur 2010 !
www.mondial-paramoteur.org

le mardi 13 avril 2010

Cà vole à la Réunion

Une visite ô combien appréciée, premières prises d'air dans les cieux réunionnais.
http://vimeo.com/10873054

Certains semblent heureux des perturbations aériennes.
http://vimeo.com/11057968

le lundi 1 mars 2010

Sortie Mongolfières

le dimanche 31 janvier 2010

Des nouveaux sites, comme s'il en neigeait

De nouveaux sites sont nés en Janvier 2010:

Le site de l'école Paramoteur de Stéphane: "ON VIT COMME ON VOLE", qui vous donnera envie d'apprendre ou de vous perfectionner.
Il est à cette adresse http://paramoteur-toulouse-albi.com

et un nouveau site pour les pièces détachées
Il est signé PASSION’AILES, et extrêmement détaillé
Mecafly

Surfez sans modération, et ajoutez les à vos favoris.

le dimanche 10 janvier 2010

-4°C, température idéale!

En ce froid et immaculé dimanche, Toulouse a quand même été quadrillé par les paramoteurs, à défaut d'avions de ligne: Patrice et Columbo à l'Est, Stéphane et Rodolphe à l'ouest.
Un ciel presqu'aussi blanc que le sol en basse couche, et un bleu azur à partir de 100m. C'était aussi agréable que frigorifique, les radadas pieds dans la neige sont un régal. Tous les gens du quartier, bloqués chez eux, sont venus profiter du spectacle, puisqu'environ 30 personnes nous attendaient dans le champ lorsqu'on s'est posés. Les questions fusent, les visages s'animent et les gens se réchauffent. C'était rigolo.

Le paramoteur vient de démontrer une de ses qualités cachées: il permet de lutter contre le froid, et il réchauffe le coeur!!

Stephane

================================================================================
Conjonction unique du soleil, de la neige et d'un après midi libre, carpe diem, il faut en profiter. Après quelques minutes de manoeuvres pour approcher du terrain sans planter les voitures, nous voilà, JP et moi, étalant nos voiles dans la poudreuse. Un vol fabuleux (pléonasme)de 45 mn dans une aérologie absolument calme, une délicieuse sensation d'apesanteur dans laquelle les freins ne servent que pour le déco et l'atterro (heureusement car ça caille dur).

Emeric
================================================================================

Effectivement, Fabienne a enfin pu mettre en pratique un exercice qui nous tient à cœur depuis longtemps: le dégivrage du congélateur ! On pose tout sur la terrasse (-4°C) pendant que le congélo dégivre...il ne faut pas rater le créneau.

Bon Ok, mais à part çà ? Que faire d'intéressant ?

Curieusement, il y a Colombo et Hutch qui me tannent pour sortir dès 9h. Sont-ils réchauffés par leur nouvelle copine ? Veulent-ils faire une pigeonne de neige ? Décidément ces voyageurs me surprendront toujours. "Bon, faites les malins pour draguer votre copine, mais je parie que vous serez rentrés dans 5 mn au chaud (-2°C) dans le pigeonnier".
J'ouvre donc le spoutnik et je m'attends à ce qu'ils reviennent fissa, les rectrices entre les jambes.
Et bien non, ils profitent d'un vol bien plus long que d'habitude et se perchent de temps en temps sur le toit des Manenses pour me narguer. De plus, ce n'est pas leur copine qui semble les intéresser...mais bien le paysage inhabituel qui s'offre à eux.

Après une heure de ce petit jeu, je n'en peux plus, et je rêve d'un vol historique car, selon La Dépêche, qui raconte souvent des inepties, cela fait 17 ans qu'il n'a pas autant neigé à Toulouse.
Mais est-ce bien raisonnable ? Il fait vraiment froid, et avec la vitesse et l'altitude, çà ne doit pas s'arranger une fois en l'air!
Ce qui me pousse à y aller, c'est la terrible question: Ne devrais-je pas plutôt attendre la prochaine fois...dans 17 ans ?
Quelque chose me dit que l'occasion est unique. Non pas que je compte arrêter de voler avant la retraite (ni après d'ailleurs) mais, avec le réchauffement climatique qui nous guette, il faudra bientôt aller au Groenland pour voir les derniers flocons de neige artificielle.
Et puis -4°C, çà refroidit bien, c'est mon cylindre qui va être content (celui du Vittorazzi).

Bon c'est décidé, et sous le regard des pigeons moqueurs, je sors la machine et j'étale la Velvet dans la neige. Sympa, je constate que ma voile reste sèche car il fait suffisamment froid pour que la neige ne "mouille" pas.
Et c'est parti, je décolle face au léger vent d'Autan qui souffle son air habituellement "chaud" (mais -8°C de température ressentie aujourd'hui).
Et à 300 m de haut, c'est du jamais vu: tout est blanc et extrêmement calme. Aussi loin que je regarde, il n'y a pas une voiture sur les routes enneigées, et pas un avion dans le ciel (Blagnac et Lasbordes sont fermés). Des conditions exceptionnelles et je comprends que Colombo ne s'en lasse pas.
Je fais un tour dans le voisinage et c'est le désert blanc. Je suppose qu'avec la neige, bien calfeutrés chez eux, les gens n'entendent pas le doux bruit du Vitto. Je fais quelques photos inédites puis, après 30 mn, le froid aux mains commence à se faire sentir. Je rentre congelé, et heureux.

A l'atterro, un voisin m'attend. Il est à la recherche de ses 5 beagles perdus la veille. Bien qu'étant de super pisteurs, le vent et la neige ont recouvert leurs propres traces, les empêchant de retrouver leur chenil. Mon voisin pense que, de là haut, je les ai peut-être localisés. J'espère qu'ils reviendront vite, mais je n'ai vu personne dehors, par ce temps ... de chien.

Puis je vais voir mes copains au pigeonnier. Ils sont tous là, dehors sur le toit, ils ont l'air de me dire: "Petit joueur, tu te gèles en combi après une demie-heure de vol, alors que nous on profite encore un peu de l'air frais, même après 2 heures en l'air!". Comme quoi la nature est surprenante et nous réserve des spectacles exceptionnels, même sur le pas de notre porte.

Patrice
DécoManensesPoséFlics

le vendredi 1 janvier 2009

Georges a trouvé un endroit sympa pour son 1er vol de l'année

Bonne Année

le dimanche 29 novembre 2009

3e Nav: Record Battu !

En ce Samedi 28 Novembre, la météo est favorable aux navigations: un peu de vent pour décoller facilement, ciel dégagé, température idéale pour le cylindre.
Steph organise donc sa première NAVBOVCOV (NAVigation des Brevetés d'On Vit Comme On Vole). Il a également invité les vieux vautours que nous sommes à se joindre à la colonie. Tout le monde est donc là au briefing: 18 paramotoristes bien décidés à faire un bel aller-retour St-Lieux - L'isle Sur Tarn - St-Lieux.

Colombo et Hutch sont également là et attendent tranquillement dans leur panier posé sur le toit du Partner.

Mais où est passé Starsky ? Lors d'un vol local aux Manenses il y a quelques jours, Starsky n'est pas rentré ! A-t-il été touché lors d'une fusillade avec des chasseurs ou bien victime d'une course poursuite avec des rapaces ? Ce qui est sûr, c'est ce ses potes du F.B.I le considèrent Porté Disparu!

Après le briefing, Colombo et Hutch sont un peu nerveux. Est-ce à l'idée de faire leur 3e nav, où bien est-ce le regard noir de Christophe, ce regard du gastronome pour qui "pigeon" rime avec "gueuleton" ? Non, leur nervosité est due à la casserole que Georges agite frénétiquement sous leur nez.
L'ambiance est studieuse alors que pilotes se préparent, faisant les pleins, vérifiant leur radio, et affûtant leur GPS.

Colombo et Hutch, du haut de leur 400g, ont plusieurs handicaps par rapport aux vautours:

  • leur manque d'expérience (3 mois depuis l'éclosion),

  • leur solitude : pas de vieux vautour pour les accompagner,

  • leur maigre équipement : ils sont complètement à plumes,

  • les 10Km/h de "vent de bec" (expression colombophile officielle),

  • et leur méconnaissance totale du lieu et des environs.

Ils auront, comme nous, une douzaine de Kilomètres à parcourir pour rejoindre leur pigeonnier.

Déco vent de travers pour les libéristes, toutes rémiges déployées, prise d'altitude rapide puis éloignement vers l'Est.
Déco vent de face pour les motorisés, quelques 360° au point d'attente pour se rassembler avant de filer Nord-Est en suivant le Tarn. Toute notre colonie motorisée arrive à L'Isle et se pose nickel.

Nous visitons alors le Musée de l'Air du Tarn avec ses Poux du Ciel et son ULM Hydro de 1912. Sympa, l’entrée du musée est gratuite. Les Vautours sympathisent avec les Vieilles Tiges du club puis nous prenons quelques photos pour la postérité … et pour les média.
Pendant que Christophe se plaint d'avoir croisé 2 pigeons qui fientaient sur sa voile, les décos du vol retour se succèdent et tout le monde rentrera à St Lieux vers 16h.

16h24, Fabienne m'envoie un SOS sous forme de SMS: "pas de pigeons !"

Suivra alors une soirée extra-conviviale avec méga-apéro, grillades à gogo et gavuline qui coule à flot.
Pas facile pour moi d'oublier Colombo et Hutch, car je mange face à 2 ex-flics d'élite: Geoges et Jean-Pierre. J’en profite pour leur poser toutes ces questions qui me taraudent:
  • est-ce qu'un flic peut survivre toute une nuit dehors, à poil, en Novembre ?

  • est-ce qu'un flic retrouve toujours le chemin du poulailler ?

  • est-ce qu'un flic abandonnerait son coéquipier sous prétexte qu’il ne joue pas dans la même série policière ?

Ils m'expliquent qu'un flic n’abandonne jamais et qu’il sait survivre en milieu hostile: il suffit qu'il trouve quelque chose à boire ! Je reste donc confiant. Après tout, ce ne sera pas la première fois que mes élèves découchent.

Au petit matin, malgré mes cheveux qui me font mal, j’entends Fabienne qui crie: « Les pigeons sont rentrés ! ». Déjà ? Alors qu’il est à peine 9h ! C’est vrai quoi, il y a 3 semaines, ils avaient fait du 200m à l’heure. Cette fois, ils approchent les 800 m à l’heure !

Bon d’accord, un voyageur digne de ce nom fait du 800 m à la minute ! Mais ils sont sur la bonne voie, mes élèves, alors je les aime bien quand même !

Et surtout, Bravo à Steph pour l'organisation de cette super réussite avec un festin à la hauteur de l’évènement : le 1er Mondial de Paramoteur du Tarn.
NAVBOVCOV
NAVBOVCOV
NAVBOVCOV
NAVBOVCOV
NAVBOVCOV

le jeudi 19 novembre 2009

Tel est ton...

salut les paravroumeux

Pour le téléthon,Michel TOUITOU
port 06 13 56 47 55
dom 01 60 02 52 95

Renseignements pris auprés de Michel 50 pilotes inscrits pour Argentat.
Pour le samedi soir, repas de clôture ,ceux qui veulent participer c'est 15 euros chèque à l'ordre de l'assoc SAXO
à envoyer rapidement à Michel qui s'occupe des réservations.
nous descendons en principe en convoi le vendredi a-midi
j'espère que vous viendrez nombreux car l'ambiance est très sympa
...
il y a des places dans des chalets au camping du Soleil d'OC 16 euros pour deux nuits par personne.
pour ceux qui connaissent le coin ,le camping est tout près du bar resto de chez MARYSE et juste à coté de l'aire de deco du bas.
Pour les personnes voulant dormir aux chalets prévenir rapidement Michel (question de chauffage des chalets) merci.
...
au plaisir de vous revoir à Argentat

Amitiés
Alain (croix occitane)

le dimanche 8 novembre 2009

2e nav Solo : la cata !

Encouragé par les premiers résultats de mes élèves, je décidai, en ce Dimanche 1er Novembre, de tenter une nav un peu plus longue.
Nous sommes donc allés en voiture à 5 Km (à vol d'oiseau, bien sur) du pigeonnier pour un lâcher à Midi pile. Bien que jour de chasse, mes 3 Pigeons ne seront pas pris pour des Palombes car, à cette heure là, les chasseurs lèvent le coude armé d'un ... Ricard sinon rien.

Déco hésitant puis deux 360° de rigueur pour calibrer le compas magnétique, et Colombo et ses 2 acolytes prennent une bonne direction, légèrement trop Sud cependant. Je les perds de vue et je rentre.

De retour aux Manenses, le pigeonnier est vide et je ne vois rien à l'horizon.
Je tourne en rond en scrutant l'horizon tous azimuts car, lors de la volée du matin, ils m'ont déjà fait le coup : disparaitre au loin et réapparaitre depuis une direction opposée.
Je commence alors les calculs: 5 Km à 60 km/h, mais pas vraiment en ligne droite et avec 10 Km/h de vent de face. Çà ne peut pas dépasser le quart d'heure syndical ! Or déjà une demi-heure s'est écoulée, et de plus le vent a nettement forcit.
Le temps qui passe, la météo qui se dégrade et les mathématiques sans pitié contribuent à me faire douter.
Maintenant je ne vois plus un oiseau dans le ciel, même pas un Airbus en train de se geler les pitots. Seule Ella, notre oie de Guinée, profite des rafales à 30 km/h pour s'extirper en vol de son bassin en s'élevant à 50 cm, telle l'Eole de Clément.
[D'ailleurs, Clément s'appelle-t-il Clément en l'honneur de notre pionnier national ? Faudra que je demande à Coco et JJ.]

La nuit tombe et avec elle mes espoirs de revoir les volatiles, et ma certitude de perdre ma qualif instructeur.
J'appelle Éric qui se veut rassurant et me dit: "Demain, peut-être. Tu sais, en début d'année, sur 7 lâchers à Albi, un seul est rentré à St Loup...le lendemain!"
Après le diner, je surfe sur les forums colombophiles. Et là, je sens mon angoisse monter : les débutants racontent leurs mésaventures et les Experts affirment dans un message crypté, ce qui résonne comme un 11e commandement que je n'ai pas respecté:

"Avant la mue de la 3e rémige, uniquement en local tu voleras !"

Bordel, que c'est compliqué la colombophilie!
Il me semblait bien que des plumes s'entassaient au sol du pigeonnier, et que les bouts de plumes des 3 lascars s'éclaircissaient, mais de là à savoir si Colombo, Starsky et Hutch avaient bien fait remplacer leurs 3e rémiges lors de la dernière révision de leur aile ????
En clair, les Experts (encore une histoire de flics) déconseillaient formellement toute navigation à des pigeonneaux de moins de 3 mois, sous peine de les perdre!
Sur ce, je vais me coucher, moins idiot, mais déçu quand même.

Le lendemain, réveil matinal et propulsion vers le pigeonnier: Toujours vide!
La journée s'étire en longueur et même une séance de ciné l'après midi arrive péniblement à me divertir (Pas facile d'oublier Starsky et Hutch en allant voir un polar).
En rentrant du ciné, vérification au pigeonnier et là, MIRACLE: Tout le monde est rentré, chacun sur son perchoir. Même pas de grippe aviaire malgré une nuit blanche dans la froidure.

26 heures pour faire 5 Km, soit 200m à l'heure ! Mettrons-t-il 5 mois pour faire les 700 bornes auxquelles ils se destinent ?
En tous cas c'est décidé, je vais suivre un stage de comptage de rémiges avant de reprendre les navs.

Patrice

le dimanche 25 octobre 2009

Malgré la pluie, le vent et le brouillard...çà volait!!

J'en ai même profité pour passer ma qualif Instructeur.

Mes 3 élèves sont arrivés aux Manenses il y a 3 semaines sur les recommandations d'Eric, un ami de St Loup. Ils ont alors suivi un stage intensif.
Au programme des 2 premières semaines: théorie, prévol, ravitaillement, gonflage dos voile.
Ensuite nous avons débuté la maitrise du vol sans moteur. Les premiers attérros de précision étaient très approximatifs, mais les élèves ont rapidement progressé.
On a pu donc démarrer les vols locaux d'un quart d'heure autour des Manenses la semaine dernière. Mais les 3 lascars ont la fâcheuse manie de voler en patrouille serrée et, malgré mes hurlements du sol, de faire du Touch-touch avec leur voiles !!

Ce matin donc, malgré une météo plutôt médiocre et une visi de 3 km, mes élèves trépignaient d'impatience dans le hangar. Ils voulaient faire leur première nav solo et je me suis laissé attendrir par leur enthousiasme. On est donc tous montés dans le Partner direction le Lac du Laragou (à 1 km du terrain).
Au Laragou, j'ai choisi un champ bien dégagé que Jean-Pierre, Fabrice et moi avions pratiqué sans soucis cet été. Depuis ce champ, on voit les Manenses, donc c'était plutôt facile comme nav pour débuter ;o)
Décollage face au vent, nickel pour tout le monde et du premier coup, puis vol en patrouille, pas trop serrée. Suivant mes recommandations, ils ont d'abord fait plusieurs 360° en prenant de l'altitude au dessus du lac, pour bien repérer les alentours: champs vachables, obstacles, lignes haute tension, etc.
J'étais fier et je comprenais alors la joie que devait éprouver Steph de faire voler ses élèves.

Puis ils sont partis...à l'opposé de la bonne direction!
Après quelques minutes ils se sont rendus compte de leur erreur et ils sont revenus au lac, puis repartis suivants différents caps, mais jamais le bon.
Comme ils n'ont pas voulu emporter de radio, je n'avais aucun contrôle sur eux. Même mes mouvements de bras désespérés pour leur indiquer le bon cap n'avaient aucun effet.
J'ai alors repensé à Steph, et j'ai ressenti la solitude de l'instructeur lors du lâché d'un élève qui n'en fait qu'à sa tête !!!

A un moment, je les ai complètement perdu de vue et j'ai entendu 3 coups de feu !!!!

Je pensais alors que c'était mal barré, que la chasse était ouverte et que je n'aurais jamais ma qualif d'instructeur. J'étais sur le point de tout abandonner en remontant dans mon Partner.

Quelle ne fut ma surprise en rentrant à la maison de voir Colombo, Starsky et Hutch (c'est leurs noms, bizarre pour des pigeons, d'avoir des noms de poulets!) faire des 360° au dessus de la maison puis venir se poser sur le toit du pigeonnier.
Ouf, ils ne m'ont pas trahi et nous pourrons continuer la progression par des nav plus longues.

Colombophilement votre,

Patrice,
selon un style emprunté à Michel Mouze, dont JJ m'a recommandé la lecture
Colombo
Colombo
Colombo
Colombo

le dimanche 4 octobre 2009

Baleineau-thérapie, ou 2h d'un vol d'anthologie par Laurent


Bras-Panon, Ile de La Réunion : décollage avant 8H00 dans les premières brises ; prise d'altitude et direction les hauteurs de St Benoit en direction de la Plaine des palmistes, un peu contré à l'approche du massif , je longe les crêtes où je vais de cascades en rivières cachées au dessus d'une végétation sauvage et inviolée : c'est somptueux et verdoyant, l'éclairage est magnifique. je remonte jusqu'à l'entrée du cirque de Salazie puis je décide de finir mon vol sur le rivage : et là , alors que j'avais décidé de retourner au terrain, un bouillonnement attire mon attention au large et deux baleines (une mère et son petit) commencent un ballet aquatique incroyable : une demie heure de show extraordinaire ; j'appelle Cyril qui me rejoint rapidement ainsi que 2 trois-axes : ma plus belle émotion en paramoteur ( après mon premier vol).
de peur d'être à court de carburant je laisse ces deux superbes cétacés à regret , mais malgré mes efforts : panne sèche et je finis ce vol mémorable, lamentablement vaché dans un champs de cannes à quelques dizaines de mètres de la piste, une dégueulante de dernière minute m'ayant empêché de me poser sur le terrain.
Quel vol, je vous en souhaite à tous de pareils.

Laurent